Horizons nouveaux, oui mais…

« Recevoir une philosophie nouvelle qui ouvre des horizons nouveaux, qui présente un idéal toujours plus élevé à atteindre, cela suppose qu’on soit capable de s’harmoniser avec elle, donc de renforcer non seulement son cerveau, mais son estomac, ses poumons et tout son organisme, afin de pouvoir résister aux tensions qui vont nécessairement se produire. Il ne faut pas s’imaginer que les courants de lumière et d’amour sont faciles à supporter. La spiritualité est d’abord une science que l’on acquiert en écoutant la parole d’un sage, en lisant différents ouvrages. Mais c’est insuffisant et peut-être même nocif si on se contente de nourrir son intellect.
Celui qui décide de suivre un enseignement spirituel doit donc changer aussi son mode de vie. Sinon, après quelque temps il sera en proie à de telles contradictions qu’il entrera en conflit non seulement avec lui-même, mais avec son entourage et avec la société. Après avoir soi-disant embrassé la vie spirituelle, combien de personnes deviennent insupportables pour tous ! Qu’elles fassent un retour sur elles-mêmes : elles verront si elles créent l’harmonie autour d’elles et si elles arrivent à se montrer dignes de l’enseignement spirituel qu’elles ont décidé de suivre. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov