La vie « qui se finie »

 

Corinne Erhel 50 ans s’écroule lors d’une réunion en publique et ne se relèvera jamais.

Ex parlementaire, née en 1967 en Bretagne et députée depuis 2007 elle siégeait à la commission des Affaires économiques de l’Assemblée.

Passionnée par son engagement politique avec le souci d’œuvrer avec passion dans sa circonscription elle venait de rejoindre les rangs d’En Marche le mouvement du Président de la République.

50 ans comme c’est jeune pour mourir diront beaucoup, mais un jeune pensera que c’était déjà une vieille quoi !

Corinne est sortie de chez elle, les dossiers préparés avec soin, aura pris un dernier petit déjeuner, aura fermé sa porte derrière elle…. une dernière fois.

Diplômée de l’Institut des hautes études de droit rural et d’économie agricole…les amis….La famille tout cela a fait « pschittt. »

Et puis surtout le monde a continué et ce fait divers aussitôt annoncé : aussitôt remplacé.

C’est la fatalité et on remplacera cette personne.

Venu du néant et reparti à jamais au néant cette personne a occupé son temps l’étendue d’un murmure aux yeux de l’univers ?

C’est ce que pense je suppose un philosophe dit athée.

Ainsi ces philosophes du désespoir -sincères ou pas- persuadés de privilégier la raison, cette raison aussi froide fût-elle que d’espérer croire à ces fictions concernant une survie via une hypothétique résurrection dispensée par une religion crépusculaire fiction dont le philosophe athée dit que justement ce sont les seules qui ne meurent pas.

Ainsi la normalité serait d’être tout à cette unique vie et point ! Tout à cette vie nait du hasard, qui fait qu’il y aurait quelque chose plutôt que rien le temps d’un éon, ce quelque chose qui se serait tellement complexifié que la vie serait apparue et qu’avec cette raison enfin retrouvée l’homme moderne on pourrait être enfin libre de ne pas rendre un culte à un Dieu représenté par des prêtres pseudos-rêveurs à défaut d’être d’authentiques philosophes de la raison.

Laissez-moi donc faire pffff…..

Le hasard n’est pas assez bête pour ne pas savoir faire du « pseudo-hasard » celui que l’on découvre justement à travers tant de nos expériences que l’on qualifie de synchronicités.

Je suis athée du Dieu auquel les athées croient que je crois !

La fiction n’est pas toujours là où on croit mais ces philosophes de la rationalité ont un point commun avec tous, le besoin de partager….même si ce n’est que du cynisme.

Dieu j’aime ton jeu !

 

Leave A Response

* Denotes Required Field